Tel : +33(0) 662 101 284
Article 0
Sélectionner une page

Hommage a René Maran Léopold Sédar senghor Date d’édition : 1973

Hommage a René Maran Léopold Sédar senghor Date d’édition : 1973

25,00

35217. Envoi rapide et soigne depuis la France et partout dans le monde avec le numéro de suivi.

Catégorie :

Quarante-trois ans avant que Georges Conchon soit couronné par les Goncourt pour l'État sauvage, le même prix Goncourt était décerné à un roman dont l'action se déroulait en République Centrafricaine, laquelle n'était encore que l'Oubangui-Chari : Batouala de René Maran. Ce livre devait provoquer un tollé général au sein du corps des administrateurs coloniaux et entraîner la démission de l'auteur, entré en 1910 dans les services civils de l'A.E.F. comme commis de quatrième classe. Trois ans après le décès de René Maran les éditions Présence africaine publient une série de documents et de témoignages sur cet Antillais qui, comme M. Léopold Sedar Senghor, aurait pu écrire : " J'ai rêvé d'un monde de soleil dans la fraternité de mes frères aux yeux bleus. " (1)

René Maran, qui avait décidé de vivre exclusivement de sa plume dès 1921 devint presque aussitôt un auteur à succès et resta durant près de vingt années une des figures du monde littéraire parisien. Cependant, celui auquel le chef de l'État sénégalais - expert en la matière - décerne le titre envié de "précurseur de la négritude en francophonie " est aujourd'hui méconnu. Le grand public a oublié Mbala l'éléphant, Djouma, chien de brousse, Un homme pareil aux autres, et les biographies que René Maran consacra aux explorateurs Livingstone et Savorgnan de Brazza, au gouverneur Félix Eboué.

Dans cet ouvrage collectif, une quinzaine de personnalités littéraires, artistiques ou politiques donnent leur appréciation sur la vie et l'œuvre de René Maran : Léopold Sédar Senghor, Charles Kunstler, Charles Astruc, René Violaines, Pierre Paraf, etc.

Informations complémentaires

Poids 0,5 kg