Tel : +33(0) 662 101 284
Sélectionner une page

Les possédés Dostoievski

Les possédés Dostoievski

12,00

37624. Livre propre et solide, rare dans cet etat pour ce gros volume. Envoi rapide et soigne

présenté par Pierre Boutang TEXTE INTÉGRAL

Éditeur  Le livre de poche

Date d'édition 1961

Reliure Couverture souple

Etat Bon

Né à Moscou le 30 octobre 1821, Fedor Mikhaïlovitch DOSTOIEVSKI entre à seize ans à l'École du Génie. La vie militaire lui pèse. Il lit beaucoup : Balzac, Hoffmann, Schiller, Victor Hugo, Shakespeare, Racine, Gothe. Il traduit Eugénie Grandet. Ayant démissionné, il écrit son premier roman, les Pauvres Gens (1845).

Bien qu'issu d'une classe privilégiée, il éprouve une grande attirance pour le peuple opprimé.

Il se rapproche du cercle socialiste de Petrachevski en 1847.

Il est arrêté et condamné à mort quand Nicolas Ier s'attaque au groupe accusé d'activités subversives. La peine est commuée en travaux forcés à l'instant même où doit commencer l'exécution. Le convoi des condamnés part pour Omsk la veille de Noël 1849.

Quatre ans de bagne vécus avec les pires « Droit commun » donneront naissance aux Souvenirs de la Maisons des Morts

(1860). Libéré, il travaille sans relâche. Il vient d'épouser  une veuve, Marie Dmitrievna Issaiev, qui a un fils à charge. Il est pauvre. De là une certaine acrimonie envers le riche comte

Tolstoi, son heureux rival en littérature.

Il publie Humiliés et Offensés en 1861. Il visite Londres, Cologne, la Suisse et Paris (Notes d'hiver sur des impressions d'été). Brève liaison avec Apollinaria Souslova qui l'accompagne dans de nouveaux voyages. Il s'adonne au jeu et perd. Il rompt avec A. Souslova, écrit Le Joueur et les Mémoires dans un souterrain. Sa femme meurt en 1864.

Il se remarie deux ans plus tard avec Anna Grigorievna Snitkine peu après avoir terminé Crime et Châtiment, qui sera suivi, entre autres, de l'Idiot, l'Éternel Mari (1870), les Possédés(1871), l'Adolescent (1875), les Frères Karamazov (1879). II rédige aussi pour Le Citoyen les chroniques du Journal d'un Écrivain, soigne sa santé précaire, perd deux de ses quatre enfants à dix ans de distance, et reçoit la consécration officielle. de son talent lors de l'inauguration du monument de Pouchkine en 1880. Il meurt au bout de quatre jours de maladie le 28 janvier 1881.

Informations complémentaires

Poids0,5 kg